Corsica Cristiana

Non à l’indemnisation des abus sexuels par la vente des biens de l’église

22 Décembre 2021, 22:28pm

Triste spectacle offert à Lourdes par l’assemblée des évêques de France! Honte, infamie, turpitudes, ignominie, opprobre, flétrissure, ces malheureux se chargèrent de toutes ces horreurs, se couvrirent la tête de cendres, avant la rituelle «  repentance » qu’on nous permettra de trouver grotesque, car on ne peut battre sa coulpe pour des fautes commises par d’autres - à moins d’être complice, ce que cette manifestation théâtrale donnerait à penser .

Ils auraient dû au moins surveiller leur vocabulaire. « abus » est impropre, c’est « crimes » qui convient ici .

Matt 18,6  : Quiconque scandalise un de ces petits qui croient en moi , il est préférable pour lui qu’on lui suspende une meule d’âne autour du cou et qu’on le précipite dans les profondeurs de la mer. Ont-ils, en minimisant la faute par la modération de l’expression, espéré l’indulgence du tribunal populaire  ? Oui, triste spectacle que ces successeurs des Apôtres baisant les pieds de César triomphant.

Mais que devient le Droit dans cette affaire ? D’où la fameuse Ciase , présidée par l’honorable M.Sauvé. tire-elle son autorité ? N’existe-il pas un Droit canonique dans l’Eglise, et des tribunaux civils  ? Pourquoi avoir écarté ces instruments de justice au profit d’une création ex nihilo imposée par un accusateur fanatique à un accusé culpabilisé ? On se croirait au temps du Petit Père du Peuple.

Surtout l’idée d’indemniser les victimes d’actes pédophiles est un monstruosité qui nous ramène aux temps barbares. Comment peut-on monnayer les dommages subis par les malheureuses victimes ? Comment peut-on effacer par des euros un mal moral irréparable ? «  payer » vient du latin « pacage » , apaiser. On prétend donc apaiser les victimes en leur fermant la bouche avec des billets de banque. Nous sommes vraiment dans un monde de marchands. Et que dire de ceux acceptent ce marché, sinon qu’ils sont encore plus ignobles, au sens étymologique du terme, que leurs bourreaux ? Bien plus noble, plus aristocratique était l’antique vengeance, qui exigeait du sang dans des cas pareils .
Mais le CEF ne sait que demander pardon. Notons que nos évêques ont reconnu, accusés par la CIASE leur responsabilité « systémique » dans ces crimes de pédophilie. Que cache ce mot passablement obscur ? Cette expression hypocrite signifie que c’est l’Eglise elle-même qui est responsable de ces  crimes , qu’ils ont été commis non DANS. L’Eglise mais PAR l’Eglise . - cette Eglise qui , bien que composée d’hommes pécheurs. N’en est pas moins l’Epouse Immaculée du Christ !

La CEF s’est avilie jusque là ,confondant l’humilité avec le masochisme.A plat ventre devant César !

Quant à nous , Corses, nous n’admettrons jamais que nos couvents et nos églises, bâties par nos ancêtres pour être des temples de Dieu, servent de monnaie d’échange ,et qu’ainsi, à la luxure de certains membres du clergé s’ajoute la simonie de nos évêques.

Satan a bien joué : n’oublions pas que , dans les années 1960 -1970 la fine fleur de l’intelligentsia française avait lancé une pétition réclamant la déculpabilisation des actes de pédophilie.Inutile de donner les noms, ils sont affichés sur internet. Mais ils se heurtèrent à une forte résistance. En particulier de l’Eglise. Le fruit n’était pas encore mûr. Ils rentrèrent donc les cornes, comme les escargots et attendirent un moment plus propice. Elle est venue à point nommé avec le scandale des « abus sexuels » dans l’Eglise. ( remarquons qu’on ne s’attaqua qu’à ces derniers alors qu’ils furent un peu plus nombreux dans les écoles et les colonies de vacances ). Gageons que la vieille pétition ne tardera pas à reparaître, Après tout les péchés de la chair ne sont pas les plus graves, comme disait quelqu’un.Encore un peu de patience. On n’arrête pas le Progrès. Satan doit jubiler. Mais nous savons , nous,  qu’il n’aura pas le dernier mot et que l’Eglise a les promesses de la Vie Éternelle.
                             


Mentions légales