Corsica Cristiana

Les difficultés de la langue française

7 Juillet 2019, 08:30am

Les difficultés de la langue française

 

La langue française est raffinée, faite de nuances et de subtiles distinctions. Quelquefois même l’accentuation d’un mot, d’un groupe de mots, peut changer le sens d’une phrase. Le Pt Macron nous en fournit un excellent exemple. Il a dit : « Benalla n’est pas mon amant ». Accentuez le dernier membre : on comprendra qu’il est faux que Benalla soit son amant ; ce qui laisse supposer que le Pt n’a pas d’amant. Insistez au contraire sur le premier mot, Benalla : on comprendra que le Pt a un amant, mais que ce n’est pas Benalla.

Dans la phrase en question, quel est le véritable sens ? Le premier fait penser à un Pt « normal », comme aurait di Hollande. Il peut sembler en effet qu’un Pt de la République, et surtout d’une République démocratique, soit dépourvu de cet attribut. Le ressort de la Démocratie n’est-il pas la vertu ? Le second implique qu’un Pt de la République doit avoir un amant. C’est en effet un homme « de Progrès » - comme les nationalistes corses. Et le Progrès ne consiste-t-il pas à faire tomber les tabous, et à vaincre la nature ? Non plus le célèbre « deviens ce que tu es » de Pindare, mais le « sois ce que tu deviens » de Simone de Beauvoir. Alors : « aimable éphèbe, deviens un vrai Président », ou bien »vrai Président, deviens un aimable éphèbe » ?

Le second sens réconcilierait le Pt avec la CTC : s’il choisissait en son sein un bon éraste, parmi les nationalistes corses, la CTC obtiendrait une « autonomie de fait », par fusion, et le « problème corse » serait enfin résolu. Elémentaire, mon cher Watson !

 

CYRUS

Mentions légales