Corsica Cristiana

« GRAND DEBAT » OU SOUPE A LA GRIMACE ?

23 Mai 2019, 09:49am

Publié par Retraités Indignés

Qui osera bientôt dresser le triste bilan de la vaste introspection qui, en réponse aux « Gilets Jaunes » et EN LIEU ET PLACE D’UN VRAI DIALOGUE, a été jetée in extremis en pâture au peuple français, tout au plus comme UN OS A RONGER ?
Pareille mise en scène et un tel surcroît de dépenses annexes étaient-ils aussi indispensables (qu’on a bien voulu nous le faire croire) pour parer aux justes doléances de ces petites et moyennes gens qui, après avoir vainement tenté de mois en mois de se faire entendre, avaient en désespoir de cause décidé d’ouvrir quelques ronds-points dispersés pour les transformer en « tribunes libres » ?
Après avoir enfin tranché entre citoyens loyaux et casseurs brevetés, entre laxisme relatif et interventions musclées, il semblait raisonnable de renoncer à « rallumer le feu ». Pourtant on a opté pour la méthode inverse : sous prétexte d’ordre, on a privilégié de grandes manœuvres, génératrices de plus de chaos que d’apaisement. Certes, comme leurs arrière-cousins de 1789, nos « Cahiers de doléances » finiront aux Archives ! Mais que dire des grandes messes présidentielles, convoquées à grand renfort d’invitations privées (sic) et visant à diffuser une parole -à prétention populaire- dans des lieux (villes ou villages) pré-sélectionnés et savamment conditionnés à l’« illustre » réception ? Criants de plus d’apprêts que de sincérité, ces discours ne nous ont laissé qu’une nette impression de faux-semblant, sans compter une saveur d’amertume à ruminer pour les jours à venir.
Que pèsent des « RETRAITES INDIGNES » dans ce vaste concert médiatique, piloté de si haut par un chef d’Etat imbu de dirigisme, tenant sous sa baguette un Club huppé de technocrates ostensiblement liés à son idéal mondialiste et servi par une bande de fidèles voués à sa dévotion ? Sans doute pas grand-chose ! Néanmoins, autoritairement confrontés à une telle superbe, nous ne nous résignerons à nous taire « NI DE GRE NI DE FORCE ».
Puisqu’il est patent que «notre maison brûle », le moment serait venu de s’inquiéter autant de notre sort que de notre opinion. Devant l’inertie coupable qu’on nous oppose, nous sommes en effet en droit de nous demander ce que nous réserve un pouvoir si prompt à réformer les autres mais si peu empressé à se remettre en cause lui-même ? Qu’au lieu de se complaire à disserter en direct ou par écran interposé sur de vagues places publiques, il se hâte de NOUS REPONDRE !


-  C O M M E N T   ?   -   « R E S , N O N V E R B A »
P A R   D E S   A C T E S   E T   N O N   P A R   D E S   P A R O L E S  !

SIGNEZ LA PÉTITION : bit.ly/retraitesindignes

 

Mentions légales