Corsica Cristiana

APPEL POUR L’HONNEUR DE LA CORSE

23 Mai 2019, 09:09am

Publié par Corsica Cristiana

 

Messieurs les Présidents,

Au nom de notre cercle « Corsica cristiana » nous prenons la liberté de vous écrire cette lettre ouverte, que nécessite un drame semblable à celui qui motiva, il y a peu, une initiative remarquable de votre part ; et nous espérons que vous prendrez cette lettre en considération, vu qu’elle émane de la même source d’humanité et de justice.

Un pauvre malheureux, Vincent Lambert , qui n’a rien d’autre à se reprocher que d’être affligé d’un handicap, a été condamné à mourir de faim et de soif par des gens qui se sont arrogé le droit de vie et de mort sur les infortunés « inutiles à la société ». « Pas de pitié pour les canards boiteux ! », comme disent, selon l’expression française, ceux que le Pape François appelle « les ultra-nazis ».
Nous laisserons ici de côté l’aspect purement juridique du jugement. L’éminent spécialiste Gregor Puppinck –Directeur du Centre Européen pour la loi et la justice - en a fait une analyse précise, claire, irréfutable, et la conclusion s’impose : Ceci n’est pas un jugement, c’est un assassinat ! De fait la sentence repose sur des motifs controuvés. Tous faux et menteurs !
Pour notre part, nous nous contentons d’en appeler à vous, honorables représentants de notre peuple, enraciné dans le triple fond grec, romain et chrétien- avec sa spécificité franciscaine, mariale et vaticane – pour faire valoir, contre un Etat sanguinaire et barbare, le génie propre de notre race – la Justice- et nos sentiments de charité chrétienne et de fraternité humaine.
Votre intervention, claire et déterminée, est encore à temps pour empêcher de mettre à mort un innocent, au mépris de la douleur d’un père et d’une mère, et d’ouvrir la porte à l’homicide de tous les infortunés coupables de handicap.
L’occasion nous est offerte aujourd’hui de montrer que, pour nous autres Corses, les malades, pour peu qu’il leur reste un souffle de vie, ne sont pas des rebuts à jeter, mais des frères à soigner ; et que nous savons toujours, à travers le visage douloureux du gisant, reconnaître l’immense majesté de Jésus, cloué sur la croix pour le salut du monde.
Nous ne doutons pas de votre volonté défaire honneur à notre race.
Mais si –ce qu’à Dieu ne plaise !- la monstrueuse sentence était exécutée, faites sonner le glas à toutes les cloches de Corse, pour annoncer que la Mort a tué la Vie, et qu’une terrible régression a effacé notre vieille civilisation.
Avec nos plus respectueuses salutations

CHIAMA PER L’ONORE DI A CORSICA

Egregî Sgiò Presidenti,

A nome di u nostru circulu « Corsica Cristiana », ardimu di scrivevi sta lettera aperta, necessitata da un dramma simile a quellu chi cagiunô, pocu fa, una spiccante iniziativa vostra ; e speremu chi vo’ vi ne primurerete, vistu ch’ella sorge da listessa fonte d’umanità e di ghiustizia.
Un poveru disgraziatu, Vincent Lambert, chi unn ha altru a rimpruverassi che d’esse afflitu d’incapacità, è statu cundannatu a more di fame e di sete da ghiente chi s’è arrogatu u dirittu di vita e di morte nant’a i sfurtunati « inutili a a sucietà ». « Morte spietata per l’anatre scianche ! » cum’elli dicenu, in francese, quelli chi Papa Francescu chiama « i più che Nazisti ».
Lasciemu quì da cantu l’aspettu sputicamente giuridicu di u ghiudiziu. L’eminente specialista Gregor Puppinck, Direttore di u Centru europeu pe’a legge e a ghiustizia, n’ha fattu un’analisi précisa, chiara, incunfundibile, e a cunclusione s’impone : què unn è un ghiudiziu, è un’assassiniu ! D’infatti a sentenza ripone nant’a finti mutivi. Tutti falzi e buggiardi ! Vi rimandemu a ssu studiu magistrale.
Per contu nostru, ci cuntentemu d’appellacci a Voi, Onorevuli rappresententi di u nostru populu, ammatratu a a triplice fonte greca, rumana e cristiana – cu a so specificità franciscana, mariana e vaticana – per fa valè, contr’a un Statu sanguinariu e barbaru, u geniu propriu di a nostras razza – a Ghiustizia- e i nostri sintimi di carità cristiana e d’umana fratellanza.
U vostru interventu, chiaru e decisu, s’è a tempu per impedì di da morte a un innocente, a disprezzu di u dulore d’un babbu e d’una mamma, e d’apre a porta a u micidiu di tutti i sfurtunati culpevuli d’incapacità.
L’occasione vi è data oghie di mustrà chi, per noi altri Corsi, i malati, pur ch’elli si abbianu un filu di respiru, un sò micca scarti da ghjttà, ma fratelli da cura ; e chi no’sapemu sempre, a traversu u visu adduluratu di u ghiacente, ricunnosce l’immensa maiestà di Gesù chiudatu in croce per salvà u mondu.
Un dubitemu di a vostra vuluntà di fà onore a a nostras razza.
Ma si, mai ch’ella sia !, l’immane sentenza sarà eseguita, fate chi tutte e campane di a Corsica soninu a murtoriu, per annunzià chi a Morte a tombu a Vita, e chi un’arretrata tremenda ha sguasatu a nostra vecchia civiltà. Cu i nostri più riverendi saluti.

Mentions légales