Corsica Cristiana

Une provocation et un test

7 Mars 2019, 14:09pm

Publié par Corsica Cristiana

Nous venons d’apprendre que Madame la ministresse Schiappa envisage d’organiser une manifestation gay-pride à Ajaccio.
Jusqu’où ira donc l’impudence des ennemis de la Corse ?
Nous en comprenons l’intention : tester le degré de domestication de notre vieux pays, qui fut autrefois fier. Et nous supposons que cette grande parade aura lieu le jour de la fête de la « Madunuccia », à Ajaccio, pour rendre visible le grand remplacement – en l’occurrence le remplacement de la Corse par ce que nous n’oserions plus appeler la France,  -par l’Hexagonie agonisante dans l’or et l’ordure.
Ce coup tordu porté à l’âme même de la Corse appelle une riposte. Corsica Cristiana ne saurait rester insensible à une telle injure faite à nos ancêtres et à notre foi. A-t-on oublié que Marie est « Reine de la Corse », comme le rappelle notre historienne de la religion corse France Sampieri, dans son magnifique ouvrage « Marie, Reine de Corse » ?
Cette « marche » de la République en marche fait suite à un coup du même genre, toujours à Ajaccio, ville réputée « française », voici quelques années, avec l’exposition blasphématoire du Piss-Christ. Le coup avait porté : les défenseurs de la Corse, auto-proclamés, n’avaient pas bronché : ils regardaient ailleurs. Madame la ministresse espère, avec la parade gay-pride, une confirmation de la servilité corse.
De fait, elle paraît avoir des chances : la complicité des chiens muets est presque acquise, les Magnifiques Zélus ne sont pas contre, et les Pantalons, Histrions, Pitres, Turlupins, saltimbanques (à toi de choisir le nom, lecteur !) qui non seulement font la Corse mais la refont, présentent déjà leur derrière au coup de pied « a quellu locu ». Que ne ferait-on pas pour goûter les délices de la servitude ?
Corsica cristiana dit non à cette soumission déshonorante. Le coup tordu porté à la Corse aura du moins le mérite d’opérer un clivage, et servira de discriminant : d’un côté les larbins, de l’autre les corses, qui ne sont pas tous morts à Ponte-Novu .
Au nom de nos ancêtres, de notre histoire, de notre dignité nous disons : Resistenza ! Contre cette haine anti-mariale, Dio Vi Salvi Regina ! Schiappa, scappa !

 

Le Droit des uns et celui des autres

Fidèles sectateurs de notre foi chrétienne, nous sommes plus naturellement portés à excuser qu’à condamner les comportements extrêmes. Si, dans ce cas précis, nous avons éprouvé le besoin de réagir fermement, c’est parce que nous avons été heurtés par l’aberrante proposition imprudemment jetée en direction de la Corse par une ministre en exercice : a priori chargée d’instaurer un équilibre plus satisfaisant entre hommes et femmes, elle a en l’occurrence opté pour une troisième voie assez inattendue : la prescription quasi psychothérapique d’une « gay pride » au pays de la Madonuccia ! C’est contre cette sommation pour le moins hasardeuse que s’élève notre légitime protestation.

Si sévères qu’ils soient, nos propos ne se soucient guère de culpabiliser ou d’accuser qui que ce soit. Ils ne visent qu’à contester l’opportunité de déclarations inappropriées, tout au plus susceptibles de troubler une opinion insulaire qui, n’en déplaise à nos gouvernants nationaux, a fondamentalement le droit de s’ancrer dans des traditions ancestrales qui lui conviennent et pas du tout l’obligation de se ranger à de nouvelles mœurs qui lui infligeraient malgré elle des contraintes qu’elle réprouve.

Que ce constat dûment raisonné nous préserve de toute vaine polémique !

Mentions légales